Search

Le CLAC

Appel du CLAC à la Marche des Solidarités

Le collectif de lutte Anticapacitiste (CLAC) appelle à la Marche des Solidarités, le Samedi 17 mars à 14h pour un départ commun depuis Opéra jusqu’à Stalingrad.

Parce que les violences d’Etat c’est l’isolement et la déshumanisation des personnes ayant des incapacités,
c’est l’exclusion du système scolaire et du marché du travail et la ghettoïsation dans des Hôpitaux Psychiatriques (HP), des Maisons d’Accueil Spécialisées (MAS) ou des Foyers de vie,
c’est les dérives de soins qui s’institutionnalisent depuis 10 ans, dans les HP : multiplication des chambres d’isolement, banalisation des pratiques de contention, hausse régulière des hospitalisations sans consentement,
c’est l’inaccessibilité de la majorité des espaces publics et privés,
c’est la gérance de nos vie par des capablé-es (personnes dites valides..) depuis leurs bureaux dans les Maisons Départementales des Personnes Handicapées,
c’est le fait que les personnes ayant des incapacités soient victime de ce capacitisme d’Etat et de ces normes sociales violentes et inadaptées à leurs incapacités,
c’est le contrôle de nos vies par un racisme institutionnalisé que les personnes ayant des incapacités subissent elles aussi au quotidien,
c’est ce racisme d’Etat qui engendre des violences physique et/ou psychologique et développe souvent des incapacités qui affaiblissent et rendent victime du Capacitisme d’État.

 

C’est l’esclavage moderne, le néocolonialisme, les catastrophes naturelles ou économique, les guerres impérialistes ect… qui poussent des familles entières à s’exiler dans d’autres pays dont certains sont censés respecter les droits de l’homme, comme la France.. Dans l’espoir de trouver de la protection et de l’aide pour vivre dignement. Cet exil, de ces personnes, engendre des traumatismes qui les rend victimes du capacitisme.

 

Et parce que les personnes ayant des incapacités sont aussi victimes des violences policières et du racisme d’État :

Le 8 mars 2018, Karim, un exilé soudanais est mort de manque de soin, devant le centre “d’accueil” co-géré par la Mairie de Paris et Emmaüs, place de la Chapelle à quelque mètres des camions de la police républicaine et sous le regard d’Utopia et de Médecins Sans Frontières.

A .Traoré, guinéen de 24 ans (personne bègue) demandeur d’asile en procédure Dublin, s’est vu arrêté et placé en détention provisoire pour être expulsé vers l’Italie où il a été contraint de laisser ses empreintes. Aujourd’hui libéré mais toujours expulsable pourtant il lui est impossible d’être suivi en orthophonie dans une langue qu’il ne comprend pas (l’italien) contrairement au Français.

Le 27 dernier devant le commissariat du XV e à Paris ou une mère de famille sourde et muette voulant rendre visite à son fils en garde à vue s’est fait ruée de coup avant d’être placée en GAV pendant 30H car « ils n’ont pas supporté le ton de la mère.. »

Dans la nuit du 2 au 3 décembre 2015 à Renne s’est produit l’assassinat de Babacar Gueye par les flics. Cet homme, de 27 ans sénégalais et sans papiers était en pleine détresse psychologique donc son ami a téléphoné aux secours pour lui venir en aide. La police est rentrée avant les secours et à préféré lui tirer 5 balles dans le haut du corps dont 2 mortelles au niveau du thorax

Parce que les foyers des travailleurs immigrés et les foyers de vie des personnes ayant des incapacité (même s’il y a beaucoup de différences entre ces deux structures) les objectifs de l’Etat sont les mêmes, dépolitiser et exclure de la Cité et du quartiers et des proches.
Nous, membres du CLAC, exigeons :

Non au système répressif et à l’impunité policière !

– Justice et vérité pour les victimes des violences policières
– Enquêtes sur les crimes policiers par des instances civiles et indépendantes
– fin de la complicité entre police et justice, fin de la fabrique du non-lieu
– Abolition de la police
– Abrogation des articles du Code de la santé publique – art. L3211-2-1 et art. L3222-1  relatifs à l’internement de force en HP
– Abolition du système carcéral (Prisons, CRA et HP)
– Abrogation  de la Loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances donc de l’inégalité
– Non à l’état d’urgence et aux lois d’exception

Régularisation de toute personnes voulant résider en France !

– Ouverture des frontières
– Liberté de circuler et de s’installer
– Fin des rafles et des éloignements forcés, non à l’application des accords de Dublin
– Abandon du projet de loi Collomb-Macron visant à éliminer toute possibilité d’existence pour un sans-papier en France
– Droit des immigré.e.s âgé.e.s de faire des allers-retours selon leur volonté au pays d’origine sans perdre leurs droits en France
– Abrogation de la loi du 15 mars 2004 et de toutes les mesures islamophobes.
– La liberté et la gratuité d’avoir accès aux soins sans justification pour toutes personnes résidentes en France
– Une véritable décolonisation : fin de l’exploitation des hommes et des ressources, fin de l’organisation des guerres civiles et du soutien aux dictateurs, fin de ce système qui exploite, force à l’exil, tue et fabrique des incapacités.

Non a la discrimination capacitiste, raciale, culturelle et sexuelle !

– égalité des droits dans l’accès avec ou sans papier, à l’emploi, la retraite, la formation et la santé
– Réquisition des logements vides
– Un logement individuel ou collectif digne et accessible pour toutes personnes résidentes en France
– Droit aux relations affectives et/ou sexuelles entre adultes consentant-es résidant ou travaillant dans les foyers
– Droit entier à la vie privée, droit d’héberger, droit de pouvoir maintenir ses pratiques culturelles de solidarité et d’entraide dans les foyers et résidences
– L’autogestion et l’appropriation des foyers par les habitant-es et leur désinstitutionnalisation

Advertisements

Le Capacitisme

La Culture du Valide (occidental)

Page FaceBook

Les luttes et nous

texte lu à l’AG INTERLUTTE du 21mars à l’Université de Tolbiac:

Salut camarades,

On voulait aborder la question des personnes en situation de handicap pendant les manifs et les actions directes. Quand en manif, les flics chargent, les camarades valides courent et se bousculent et nous, soit on se met de côté et c’est insultant pour nous, soit on fonce et parfois on écrasent quelqu’un, on se décourage doucement et on n’y vas plus. Alors là pendant les occupations, on te regarde comme un truc surréaliste et on te demande X fois si tu veux pas sortir. (traduction : Dégages tu nous emmerdes)

Et pendant les Ags, perso quand j’y allais, j’écrivais un truc car on a du mal à me comprendre donc on lisait mon intervention puis tous le monde applaudissaient à chaque fois, la première fois c’est cool, la 2e, c’est limite gênant après c’est emmerdant surtout que jamais on rebondit sur mes propos, même en disant de la merde, on applaudi. Non seulement on t’écoute pas mais on te déresponsabilise, on dépolitise tes paroles et tu deviens «la/le gentil-le handicapé-e courageu-x-se qui veut faire comme les autres… »

Le validisme est largement normalisé, pourquoi toujours vouloir aider la personne en situation de handicap, même si elle refuse ? Pourquoi les personnes en situation de handicap seraient + courageuses alors qu’elles manifestent simplement?

On en a marre d’être automatiquement sous votre protection ou assistance, de vos compléments paternalistes, d’être rejeté-es « pour notre bien ».

Tou-tes enfants de la Révolution !

(Faites gaffe à vos tibias!)

Blog at WordPress.com.

Up ↑